Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mozaikrim

Mozaikrim

Menu
Peinture : Qi Li et ses éventails de la joie

Peinture : Qi Li et ses éventails de la joie

Qi Li devant une partie de ses éventails exposés. Crédit : Mamoudou Lamine Kane
Qi Li devant une partie de ses éventails exposés. Crédit : Mamoudou Lamine Kane

La galerie Zeinart accueille en ce début de mois, de la senteur florale, et de la chaleur issue de la vie quotidienne. Le tout peint sur des éventails. Rencontre avec Qi Li, peintre chinoise résidente à Nouakchott, une véritable enluminure dans la mosaïque mauritanienne à découvrir.

Qi Li vit en Mauritanie depuis deux ans. Diplômée du département de peinture traditionnelle chinoise de l’Académie des Beaux-Arts à Hubei, Chine, elle est également professeur associé du département de la peinture traditionnelle chinoise de l’école supérieure de Xun Yang.

Et en la voyant intimidée à la présentation de ses éventails peints, à la galerie Zeinart à l'ilôt C, on imagine mal «30 ans d'expérience dans l'art de la peinture» traduit son mari, intronisé pour l'occasion interprète.

«Je dessine surtout de l'art naturaliste sur l'histoire chinoise, ou depuis que je vis en Mauritanie, des scènes de vie du pays aussi» explique Qi Li, radieuse, entourée d'une délégation chinoise venue l'encourager. «Tout en essayant de retranscrire la joie que je ressens en contemplant la vie dans la nature, dans les sociétés; c'est pour cela que j'essaie de mettre autant de flore, de couleurs, et de gens dans mes compositions sur les éventails» soutient doucement et timidement la peintre.

Une volonté qui n'est pas que sienne : il est de coutume en Chine d’y inscrire des vers ou de le décorer de motifs peints. Depuis les anciens temps jusqu'à nos jours, de nombreux calligraphes ou de peintres célèbres ont réalisé de véritables chefs-d’œuvre sur les éventails.


C'est donc une collection d'une cinquantaine d'éventails peints à la main qui sont présentés aux visiteurs de la galerie. «Tuan Shan ou Wan Shan, l'éventail rigide dont la partie contenant le papier est entre rond et le carré avec des dessins traditionnelles. Et le Zhe Shan l'éventail pliable plus populaire de nos jours. Décorés a l'aquarelle avec motifs anciens et modernes» présente la gérante de la galerie, l'artiste-peintre Isabel Fiadeiro.

Qi Li. Crédit : Mamoudou Lamine Kane
Qi Li. Crédit : Mamoudou Lamine Kane

Plus de 2000 ans d'histoire d'éventails

L'histoire de la fabrication des éventails chinois traditionnels remonte à partir de la dynastie des Han (206 av. JC – 23 après JC). Une grande partie du génie pictural de la Chine réside justement dans ces éventails. Calligraphes et peintres y ont gravé scènes de vie, nature, animaux, des histoires, ou des dessins classiques. Il est de coutume en Chine d’y inscrire des vers ou de le décorer de motifs peints. Depuis les anciens temps jusqu'à nos jours, de nombreux calligraphes ou de peintres célèbres ont réalisé de véritables chefs-d’œuvre sur les éventails.


"On rapporte dans ce dernier pays — où l’invention de tout objet utile est généralement relatée sous la forme légendaire — que l’origine en serait due à la fille d’un puissant mandarin, Kan-Si, qui, forcée par la chaleur au moment (le la fête des lanternes d’ôter le masque dont elle se couvrait le visage, et voulant se donner de l’air en l’agitant le plus près possible de sa figure que la loi lui ordonnait de voiler, imprima à ce masque des mouvements si rapides que les assistants ne purent rien distinguer de sa physionomie. Toutes les femmes chinoises munies d’un masque imitèrent son exemple et l’éventail se trouva inventé" rapporte Renouard, historien français, sur le site gloubik.

Mamoudou Lamine Kane