Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mozaikrim

Mozaikrim

Menu
Lifestyle : "Matiere Grillz", ou des voies d'user ses neurones

Lifestyle : "Matiere Grillz", ou des voies d'user ses neurones

Crédit photo : Matteo Berzi

Crédit photo : Matteo Berzi

Joindre l'acte à la parole, et la parole à la réflexion. C'est le cercle vertueux que le concept imbriqué dans la marque "Matiere Grillz" entend déclencher à travers la commercialisation d'une ligne de vêtements. Un leitmotiv déjà marqué dans les actions de son jeune fondateur, Adenane Djigo.

"Mon premier est de l'énergie dans la cellule/ Mon second, de la matière dans la cervelle/ Matiere Grillz, plus pragmatique qu'un seul cerveau"

Le ton et la perspective de la marque "Matiere Grillz" sont donnés dans le slogan : Agir certes, mais bien faire fonctionner ses neurones avant cela, pour une efficacité optimale de l'action. Son fondateur, Adenane Djigo, doctorant géographe et urbaniste à Perpignan en France, est obnubilé par l'interaction nécessaire entre réflexion et action, depuis l'éveil embryonnaire d'une conscience politique, et plus largement panafricaine, sans s'y limiter.

"Le slogan « hustle hard cauz bled iz hard » désigne que la « matière » est une idée que tous nous pouvons avoir, « grillz » correspond à sa concrétisation; l’innovation et le progrès sont possibles par une attitude associant musculation cérébrale, détermination, discipline et travail, car le « pays », le « terrain », le « bled » est dur. Le concept « Para Todos » veut dire qu’il n’y a pas de discrimination, c’est pour tous !" développe le jeune mauritano-sénégalais.

"J'ai vu trop de jeunes étudiants africains se plaindre de la situation dans leurs pays, ou sur le continent plus globalement. Si certains proposaient des réflexions de sortie de crise sur certaines problématiques propres à l'Afrique, la plupart du temps, ça s'arrêtait là : au stade de la réflexion et de la parole" se rappelle Adenane. Dès lors, comment avec ses petits moyens, développer un projet durable économiquement, et qui permette parallèlement de promouvoir une "autre Afrique"?

Adenane Djigo, le fondateur de la marque. Crédit : Myriam HERNANDEZ

Adenane Djigo, le fondateur de la marque. Crédit : Myriam HERNANDEZ

"Je faisais mon Master 2 lorsque l'idée d'un concept m'est venue en tête. Et durant mon stage à la communauté urbaine de Toulouse, je l'ai développé dans un coin, avec l'aide graphique d'un ami rwandais qui m'a permis de le mettre en image."

"C'était juste ludique à ce moment-là. Une manifestation affective et visuelle de ma détermination à toujours aller de l'avant, quoi qu'il arrive. J'ai voulu prolonger cette détermination idéologique en développant un message visuel : nous n'y arriverons que par nous-mêmes, en entreprenant, en nous développant, de tous les points de vue. Mais ce discours ne tient que si soi-même on joint l'acte à la parole, n'est ce pas? " s'interroge-t-il.

"No fear, on se lance!"

Une articulation qui arrive en 2012, après constat l'année précédente de plus en plus de jeunes, de tous milieux, et de tous horizons, africains, comme européens, qui accrochaient au concept. "Les premiers t-shirts-tests produits, une cinquantaine, ont suscité un engouement certain, même si on a eu des retours appréhensifs, qui trouvaient le logo trop revendicateur, et peut-être dans un sens, agressif. Une amie designer m'a alors permis de le faire évoluer vers ce qu'il est aujourd'hui" explique le thésard.

Une dynamique dans l'action qui se veut immédiatement agressive et développé dans plusieurs villes européennes (Montpellier, Barcelone, Toulouse, Lyon, Turin, Perpignan, Berlin) et africaines (Nouakchott et Dakar), des ambassadeurs de la marque, avec des points de dépôts-vente identifiés. "L'objectif durant les premiers mois de cette année 2014, est d'obtenir des dépôts-vente agréés en Allemagne, Espagne, Italie et France. Le lancement du site de vente en ligne devrait grandement nous aider à propager nos produits" espère le jeune entrepreneur.

Géographe et urbaniste, Adenane Djigo est actuellement en dernière année de sa thèse (la coopération transfrontalière de proximité entre la France et l’Espagne: acteurs, politiques, projets et territoires. Une approche géopolitique. L’exemple du territoire transfrontalier entre la Province de Gérone et le département des Pyrénées-Orientales) à l'université de Perpignan, et celle de Gerone aussi (Espagne), après l'obtention d'une licence en science politique, un master sur l'urbanisme, l'habitat et l'aménagement, et un second sur l'environnement et l'aménagement durable.