Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mozaikrim

Mozaikrim

Menu
Malyka Diagana, photographe : Les femmes du Sahel, vues par la Linguere de Nouakchott

Malyka Diagana, photographe : Les femmes du Sahel, vues par la Linguere de Nouakchott

Malika Diagana, lors du vernissage de son exposition, le mardi 13 janvier 2015. Crédit : MLK

Malika Diagana, lors du vernissage de son exposition, le mardi 13 janvier 2015. Crédit : MLK

La Mauritanie peut se targuer d'avoir une photographe de talent, en la personne de Malika Diagana. Le regard humaniste, empathique et intime qu'elle pose sur les femmes du Sahel inspire réflexion et dignité. Un regard que vous pouvez partager jusqu'au 6 février à l'institut français de Mauritanie, à travers une galerie de portraits de femmes, entre la Mauritanie et le Sénégal.

«Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l'enfant, qui regarde le monde pour la première fois, ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange» disait Bill Brandt, immense portraitiste anglais de l'avant et après seconde guerre mondiale. Cette affirmation resurgit, lancinante, une fois confronté au travail de Malika Diagana. On redécouvre des scènes que l'on connaît, pour ceux qui vivent entre la Mauritanie et le Sénégal.

Mais Malika, le visage lumineux, sourire d'enfant éternel aux lèvres lors de ce soir de vernissage, nous en donne une nouvelle perspective, presque primale. Qui n'a jamais vu une mère mettre son enfant sur son dos, tout en travaillant ? Mais l'objectif de la créatrice du concept Linguereartwork redonne à cette image, en noir et blanc, une puissance chargée de beauté, d'intimité et de dignité. Tant de visages familiers, de scènes quotidiennes, qui en passant par la sensibilité naturelle de Malika Diagana, revêtent une nouvelle dimension, du prisme du regard d'enfant de la photographe, qui nous emmène dans ce tourbillon d'innocence. Et de force.

Une force, que l'on retrouve dans absolument toutes ses photographies, même les plus tendres, que Jany Bourdais, directeur de l'IFM, relève d'ailleurs, en préambule de la cérémonie de vernissage de l'exposition. «Son caractère fort de Linguère, apparaît dans la revendication de son multiculturalisme assumé» affirme-t-il. Un multiculturalisme qu'elle n'a eu de cesse de clamer, depuis ses débuts d'infographiste, et que son portrait faisait largement ressortir.

«Ce qui a retenu mon attention, c'est son regard justement, contre le racisme, mais également sur la femme; elle magnifie vraiment la dignité de ces femmes-courage» dit Jany Bourdais. Une cristallisation de la condition des Linguères du Sahel, ces femmes de courage, gracieuses, belles, de force de caractère, et par-dessus tout, ces femmes d'amour, dont chacun d'entre nous en connaît quelques-unes dans son entourage.

Woman at work. Crédit : Malyka Diagana

Woman at work. Crédit : Malyka Diagana

«Photographier c'est écrire en noir et blanc à mes yeux. Le noir et blanc, c'est la dualité en nous» explique laconique Malika, pour justifier son usage exclusif des deux couleurs dichotomiques. La nuance en nous aussi pourrait-on ajouter. Une nuance des caractères, des situations, des forces, des faiblesses aussi des femmes photographiées, qui transparaît dans les clichés, où le jeu des ombres nie le caractère unique de l'identité de ces femmes. Elles apparaissent alors dans leur douceur, leurs parcours, leur force, leurs conditions, leurs aspirations même, comme cette «urban woman» adossée à un mur de graffitis, et qui illustre en un cliché, la transition irrévocable d'une partie de nos sociétés sahéliennes, vers plus d'ouverture avec le monde, l'appropriation de cultures Autres, pour en faire leurs.

Absolument à voir, pour la naissance sous nos yeux, de probablement la meilleure photographe mauritanienne à l'heure actuelle. De surcroît une magnifique humaniste.

Peace and words. Crédit : Malyka Diagana

Peace and words. Crédit : Malyka Diagana

Croisement. Crédit : Malyka Diagana

Croisement. Crédit : Malyka Diagana

Réflection. Crédit : Malyka Diagana

Réflection. Crédit : Malyka Diagana

Urban woman. Crédit : Malyka Diagana

Urban woman. Crédit : Malyka Diagana