Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mozaikrim

Mozaikrim

Menu
Brakna : La société civile, en mode couveuse

Brakna : La société civile, en mode couveuse

Des éléments de la société civile du Brakna, lors du lancement du projet FED/PESCC à Aleg. Crédit : MLK
Des éléments de la société civile du Brakna, lors du lancement du projet FED/PESCC à Aleg. Crédit : MLK

« Ce qui est pensé pour nous, fait pour nous, mais sans nous, en réalité est fait contre nous » disait Nelson Mandela. Un aphorisme qui trouve de plus en plus d’écho sur le terrain humanitaire, où les communautés sont intégrées, d’amont en aval, au processus de montage et développement des projets les concernant. Le lancement à Aleg, ce mardi 24 février, d’un projet de renforcement des capacités de la société civile de la région, va en ce sens.

Financé conjointement à près de 135 millions MRO, par le fonds européen de développement et WorldVision Allemagne, ce projet se veut un incubateur de plaidoyers, pour les communautés du Brakna, à travers le renforcement des capacités de leur société civile. « Convenablement outillée, les forces vives civiles du Brakna peuvent potentiellement, et plus efficacement, contribuer au développement local, et à la bonne gouvernance, dans les 13 communes du pôle d’activités de Boghé, où le projet se déroule, pour 20 mois » affirme Lilian Dodzo, Directrice Nationale de WorldVision Mauritanie, qui exécute le projet, en association avec l’ONG locale Tenmiya.

« L’accent sera mis sur la participation citoyenne pour la bonne gouvernance, et le développement durable, autant au niveau local que national. Cette participation doit pouvoir entraîner un suivi, et une veille de la gouvernance locale » affirme Patrick Ryckaert, représentant du PESCC.

« L’émergence d’initiatives et de partenariats est une de nos perspectives. Ce projet s’insère donc parfaitement dans celles-ci » estime Boumba Ba, responsable du suivi des micro-projets au sein de Tenmiya.

Dans le cadre de ces micro-projets justement, 50 organisations communautaires de base (OCB), seront partenaires, dont 20 qui seront directement financés à hauteur de deux millions MRO maximum, chacune. « Il s’agit par ce moyen, d’élever les capacités institutionnelles, managériales et techniques de ces micro-structures » assure Boumba Ba.

« En ce sens, les maisons de la société civile, aménagées dans le projet, serviront de centres de ressources techniques, aux OCB » précise Mohamed Ould Horma, directeur de la société civile, et représentant pour l’occasion, le ministre mauritanien chargé des relations avec le parlement, la société civile et porte-parole du gouvernement.

Session de formation au CVA, à M'Bagne début février 2015. Crédit : MLK
Session de formation au CVA, à M'Bagne début février 2015. Crédit : MLK

Actionner (entre autres) les voix citoyennes

Un des instruments annoncés pour ce renforcement de capacités, est le « CVA » (citizen voices and actions), lancé en avant-première nationale dans la commune de M’Bagne. Il s’agit de donner à la communauté de M’Bagne, les moyens informatifs, organisationnels et de réseaux, pour mener par eux-mêmes et pour eux-mêmes, les plaidoyers en faveur d’une meilleure qualité des services publics dans leur village. En l’occurrence, pour cette première familiarisation avec le CVA, la communauté a été formée à faire un plaidoyer pour une amélioration de la santé maternelle et néonatale dans leur commune.

«Cette méthodologie pour un plaidoyer participatif de la communauté de Mbagne, va nous donner un instrument privilégié pour identifier nos besoins, en termes de services publics, et faire en sorte d’obtenir la mise à disposition de ces services, dont les manques auront préalablement été identifiés et prouvés» affirme Amadou Malick Diyé, instituteur à l’école de M'Bagne.

Un outil de plaidoyer donc, qui résulte d’un constat d’échec des anciennes politiques qui visaient à livrer clé en mains le bien-être aux populations, à faire les choses à leur place. "Aujourd’hui il s’agit d’outiller les communautés pour tendre par elles-mêmes, pour elles-mêmes, vers ce bien-être" argue Dieynaba Dia-Barro, coordinatrice nationale pour le Plaidoyer, à World Vision Mauritanie.