Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mozaikrim

Mozaikrim

Menu
Femmes, voix au chapitre : Une performance pour les entendre

Femmes, voix au chapitre : Une performance pour les entendre

Mercredi soir, le 12 juillet, à l'institut français de Mauritanie, à Nouakchott, 48 femmes, de toutes conditions, de tous les horizons mauritaniens, se sont relayées dans la salle de spectacle, pour présenter tour à tour une tranche de leurs angoisses, de leurs espoirs, de leurs vies, de leurs humours, de leurs chants, chacune en 1 minute chrono. Une parenthèse enchantée au pays des esprits perclus.

48 femmes ont partagé des bouts de leurs essences, dans la salle de spectacle de l'IFM, le mercredi 12 juillet à Nouakchott. Crédit : Mozaikrim / MLK

48 femmes ont partagé des bouts de leurs essences, dans la salle de spectacle de l'IFM, le mercredi 12 juillet à Nouakchott. Crédit : Mozaikrim / MLK

Initié par la fondatrice du mouvement "Je m'engage", Djeinaba Yeya Touré, ce spectacle au format dynamique d'une minute chrono par message et par femme, a réuni près de 250 personnes dans la salle des spectacles de l'IFM, à Nouakchott. "C'est plus une performance qu'un spectacle en fait ; il s'agissait de prolonger une idée qui m'était venue en pleine nuit :  de la même façon qu'il m'arrivait de faire des soliloques, pourquoi ne pas présenter des monologues avec d'autres femmes sur ce qui nous affecte, nous touche, nous inspire, nous femmes de Mauritanie" explique Djeinaba Yeya Touré, membre fondateur de "Je m'engage!" qui travaille depuis 3 ans dans les domaines de l'éducation citoyenne, de la santé, de l'environnement et de l'entrepreneuriat.

 

Des soliloques d'une minute par femme, sur l'égalité, la condition féminine entre les dunes, la ville et l'océan Atlantique. Cela donne des moments des mots de révolte, des chants d'émancipation, des murmures de tendresses, de femmes d'expérience, certaines plus jeunes, de fillettes, d'une femme atteinte d'un handicap physique, de chroniqueuse (Mariem Derwich), de peintre (Amy Sow), de biologiste militante (Mekfoula Brahim), d'autres, inconnues du grand public, mais toutes aussi authentiques et rafraîchissantes. 

 

"Pour la performance, le choix des femmes s'est fait à travers mes rencontres avec des personnalités qui m'ont marqué d'une façon ou d'une autre, à travers des suggestions de proches, certaines qui se sont manifestées d'elles-mêmes ; il a fallu tenir compte également de critères relatifs à la diversité culturelle, économique, physique, sociale et générationnelle, pour couvrir le plus large spectre de réflexions féminines possible" souligne Djeinaba.

 

Une performance qui donne une certaine température sur le dynamisme et l'engagement des femmes en ville. "Je suis très confiante pour l'évolution de la condition des femmes en Mauritanie, car il y a une vraie dynamique ces dernières années, même si elle a besoin d'être structurée" affirme la jeune femme. La structure, justement, coache et accompagne à travers sa plateforme des jeunes.